• A tous les amoureux


     

     

    J.Brel : quand on a que l'amour

     

    cupidon.gif

     

    La légende de Cupidon et Psyché

    La légende de Cupidon et Psyché

    Bonne fête à tous les amoureux ( tous prénoms confondus )

     


    6 commentaires
  • La marche de Henri IV

    Parce que j'aime cette musique , peu m'importe, qu'elle soit royaliste, anti-royaliste ou anti-républicaine !

     

     

    ;

    La Marche de Henri IV date de 1580             (écouter la vidéo jusqu'au bout ,pour le chant )
    --------------------------------

     L'air final est publié dans un recueil de noëls de "Christophle de Bordeaux" dès 1581 en France,
    Il aurait comme base un fragment du morceau de musique intitulé « les Tricotets », sur lequel s'exécutait une danse en vogue au seizième siècle, et que l'on a entendu au Vaudeville, dans « le Mariage de Scaron ».
    On retrouve l'air de la marche de Henri IV en 1588 dans l'Orchésographie de Thoinot Arbeau sous le titre : "Bransle coupé nommé Cassandre".
    Il s'adaptait alors à une pièce de Ronsard.
    Devenu très populaire, l'air va être repris à de nombreuses occasions en France et à l'étranger.
    Actuellement cette mélodie est peut-être la plus célèbre de l'histoire musicale Française.
    Son timbre a servi à toutes les époques dans de nombreux pays à des chansons d'inspirations diverses.
    En 1717, édité dans la clé des Chansoniers, il sert à une " mazarinade " Grétry l'intercarle dans un de ses opéras.
    Sous la revolution, il sert de timbre au tombeau des aristocrates.
    En 1815 durant les Cent-Jours, des paroles contre L'empereur Napoleon sont chantées sur l'air de La Marche De Henri IV.
    On reconnaît dans l'air de cette musique "La Marche du régiment de Navarre".
    Le 27 août 1829 l'air de "La marche de Henri IV" est joué à Opéra de Paris dans le ballet Français "La Belle au bois dormant"
    En 1890 il est remis à la scène à Saint-Pétersbourg en Russie sous la musique de Tchaïkovski,
    cette version est un hommage à la France de l'Ancien Régime. Ce ballet s'imposera d'ailleurs comme son chef-d'œuvre.
    L'air de "La Marche de Henri IV" est aussi l'air des Hymnes de la Monarchie Française
    ("Vive Henri IV", "La Parisienne" et "Le retour des Princes Français à Paris").
    Dans "La Parisienne" deux air de musique royaliste sont alternés ("Charmante Gabrielle" et "Vive Henri IV")

     

     


    La parisienne
     


    Pour comparer l'air et la chanson à la Marseillaise:


    La grande différence c'est que la marseillaise est un chant Imposé par l'état que l'on force à apprendre dès le primaire.
    Tandis que Vive Henri IV c'est tout le contraire, il a été souvent mis à l'écart par les Rois eux mêmes, la chanson n'a donc jamais été imposée.
    Seul Louis XVI aimait vraiment cette chanson.
    Mais le peuple l'avait mis lui même au 1er rang durant des centaines d'années, sans les moyens modernes comme la télé, radio, ou match de foot ou l'école ect...
    Son air était partout, il y a eu un très grand nombre de chansons personnelles ou chansons chantées sur son air.
    Il incarnait donc vraiment le rôle d'Hymne et  démontrait aussi à quel point Henri IV avait marqué le peuple Français.

     

    On ne va quand-même pas dire " Vive le Roi ", mais vive "la Marche de Henri IV


    4 commentaires
  •  

     

    Une histoire d'amour pour la Saint Valentin

     

     

     

    L'histoire d'amour entre Psyché et Cupidon

     
     
     
    cupidon450
    A l’occasion de la Saint Valentin, nous allons évoquer une histoire d’amour! Et pas n’importe laquelle! Non, nous allons raconter l’histoire entre Psyché et Cupidon, le personnage symbolique de la Saint Valentin. En plus, c’est une histoire qui se finit bien…

     La plus belle des princesses

    Il était une fois une Princesse prénommée Psyché. Elle est la plus belle de toutes les princesses, tellement belle que personne n’ose lui demander sa main… Comment un prétendant pourrait-il lui arriver à la cheville?
    Même Vénus, la déesse de la beauté, en est jalouse, c’est dire!

    Afin de se venger de cette concurrente, Vénus envoie son fils, Cupidon, décocher une flèche à Psyché. Cette flèche est censée la faire tomber amoureuse d’un homme particulièrement laid! Mais tout ne se passe pas comme prévu. En voyant la princesse, Cupidon tombe amoureux! Au lieu d’envoyer sa flèche, il trouve un stratagème pour emmener Psyché dans son palais. Psyché ne sait d’ailleurs pas où elle a été emmenée. Tous les soirs, un mystérieux inconnu vient la rejoindre. Tous les matins, il s’éclipse pour ne revenir qu’une fois la nuit tombée.

    La curiosité est un vilain défaut…

    Psyché a interdiction de voir son visage. Mais, poussée par ses sœurs et par la curiosité, Psyché ne va pas résister longtemps et va braver l’interdiction.
    Au milieu de la nuit, elle allume une lampe à huile et s’aperçoit que son amant n’est autre que Cupidon. Sous le choc, elle fait tomber une goutte d’huile brûlante sur Cupidon qui se réveille. Psyché a trahi la confiance de Cupidon. Vexé, il ne veut plus jamais la revoir.

    La curiosité est toujours un vilain défaut…

    Petit problème: Psyché a touché par inadvertance, une flèche qui l’a rendu folle amoureuse de Cupidon. Elle va donc tout mettre en œuvre pour retrouver son amant et elle va notamment relever les 4 défis que lui lance Vénus. Psyché parvient à réussir les trois premières épreuves, mais la dernière est particulièrement corsée. Vénus donne une boîte à Psyché et lui demande de se rendre en Enfer, un endroit dont nul ne revient. Elle doit ensuite demander à Proserpine de remplir la boîte avec un onguent de beauté. Psyché parvient à récupérer l’onguent et revient du bon côté de la rive. Sauf qu’à ce moment là, Psyché fait une grosse bêtise… Sa curiosité la pousse à ouvrir la boîte! Elle n’a pas bien retenu la leçon de la lampe à huile… Lorsque Psyché ouvre la boîte, une vapeur s’échappe, une vapeur qui la fait s’évanouir…

    Heureusement, Cupidon est là…

    Heureusement, Cupidon arrive au secours de sa princesse. Il pique Psyché du bout d’une de ses flèches et la réveille. Il ne reste plus qu’à plaider leur cause auprès du Roi des Dieux, Jupiter. Cupidon et Psyché ont prouvé leur amour et Jupiter va consentir à leur union… Psyché est invitée à boire l’ambroisie, le fameux nectar qui rend immortel…

    Psyché, la princesse est devenue déesse!

    Tout est bien qui finit bien alors? Oui, ils vivent heureux et vont même avoir un enfant prénommé Volupté!

    Une légende que l’on retrouve chez Apulée et Jean de la Fontaine

    On trouve trace de ce mythe au second siècle de notre ère dans une œuvre de l’écrivain Apulée, intitulée les « Métamorphoses ». On retrouve aussi une version de cette légende beaucoup plus tard, en 1669, chez un auteur que nous connaissons tous, Jean de la Fontaine.

    ( Belle histoire trouvée sur le web )


     

    Valentins et Valentines, racontez-nous votre histoire en ce beau jour rempli d'amour.

    Patrica Kaas , l'hymne à l'amour


    5 commentaires
  • La saison des amours

    La mi-février marque le début de la saison des amours pour de nombreux oiseaux : la grive, la perdrix ou encore le merle. Au Moyen Age se répandit une croyance selon laquelle les oiseaux étaient non seulement les messagers du printemps mais ceux de l'amour. A cette époque, les jeunes filles s'en remettaient aux oiseaux pour connaître leur avenir amoureux. Un rouge-gorge présageait un mariage avec un marin, un moineau était synonyme de mariage heureux avec un homme peu fortuné tandis qu'un chardonneret était synonyme d'union avec un homme riche.

    le rouge-gorge                           le moineau

     

    La saison des amours

    le chardonneret

     

    La nature est belle, nos oiseaux aussi.De nombreuses espèces viennent dans mon jardin chercher des graines dans le nichoir installé dans mon sapin,des nids vont se former dans la haie de thuyas et bientôt le chant des petits oiseaux nous réveillera au lever du jour.c'est le recommencement tous les ans, c'est l'arrivée du printemps qu'on attend tous avec impatience.

     


     extraits de mon CD " le chant des animaux "

    le chant du rossignol

    le chant  de la grive musicienne

    le chant du rossignol phénomène

     


     

     

     Amours d'oiseaux

    Poète : André Lemoyne (1822-1907)

    Recueil : Chansons des nids et des berceaux (1896).

     À Philippe Gille.


     

    Deux ramiers voyageurs, emperlés de rosée,
    Ont abattu leur vol au bord de ma croisée
    Ouverte à l'orient... Je les ai reconnus,
    Car chez moi, l'an passé, tous deux étaient venus.

    Ces deux beaux pèlerins m'arrivent de Bohême,
    À l'époque où fleurit le petit maïanthème,
    Et dans les bras noueux de mon grand châtaignier
    Bercent leur nid d'amour comme au printemps dernier.

    Dans leur farouche instinct de liberté sauvage,
    Trop fiers pour jamais vivre en honteux esclavage,
    Ils reviennent pourtant sous mon toit familier,
    La queue en éventail et gonflant leur collier.

    S'ils ont pris le chemin de ma haute fenêtre,
    C'est qu'un coup d'œil d'oiseau suffit pour me connaître,
    C'est qu'ils sont là chez eux, que tout leur est permis ;
    C'est qu'ils n'ont trouvé là que des regards amis.

    L'amoureux au col blanc profondément salue
    L'heureuse bien-aimée, avec grâce évolue
    Et, roucoulant près d'elle, en fait dix fois le tour,
    Comme la croyant sourde à ses phrases d'amour.

    Riche de souvenirs, le cœur chaud d'espérances,
    Multipliant très bas ses graves révérences,
    S'il la voit, comme en rêve, ouvrant des yeux troublés,
    Dans un rapide éclair tous ses vœux sont comblés.

     II.

    Ne s'inquiétant pas de moi, qui les regarde,
    Ils m'ont dit sans parler : « Ami, que Dieu te garde,
    Après ton âge mûr, de vivre trop longtemps.
    Nous restons dans nos bois au plus quinze ou vingt ans ;

    « Quand nous cessons d'aimer, à quoi bon nous survivre ?
    N'attends pas la saison des vents froids et du givre
    Pour t'en aller dormir sous les hauts gazons verts,
    Car plus tard, sans amour, tristes sont les hivers.

    André Lemoyne.


     

     

     

     

     


    6 commentaires
  • voilà ce qu'on chante au carnaval de Dunkerque en lachant les harengs dans la foule.

    Le jeté de harengs

     

    Le jeté de harengs

    Le carnaval de Dunkerque bat son plein en mois de février pour la mi-carême.Joyeuse et odorante habitude , les notables de la ville jettent des harengs saurs ( ceux qui sont fumés ) du balcon sur la foule très dense que vous voyez sur la photo.Et c'est à qui en prendra un au vol et le mangera tel quel, c'est la régalade paraît-il, au diable les mains poisseuses et malodorantes.



    Ceci pour vous mettre en situation.Vous pouvez remarquer que je suis dans la rubrique " cuisine " et ne me suis pas trompée. C'est en voyant quelques photos aux infos télé, que j' ai eu une sacrée fringale ,j'adore ce petit poisson et ne résiste pas à vous donner la recette mamylette gratuitement, et j'ai couru chez le poissonier, d'où

           marche à suivre

    d'abord sortir les ingrédients et tout ce qu'il faut utiliser

    ( très important, car une fois que vous aurez pris votre hareng dans les mains,l'odorat et sa peau graisseuse et gluante ne vous lâcheront pas,ouvrir la fenêtre aussi de la cuisine )

    Le jeté de harengs

     

    carottes en rondelles,oignons en rondelles,thym,laurier,huile,1 hareng saur( appelé  aussi gendarme, je vous dirai pourquoi une autre fois ).

     

     

    Oter la peau du hareng avec un couteau, il va vous glisser dans les mains, sa peau est très grasse......et très odorante. enlever l'arête du milieu ( tout bêtement en ouvrant le poisson au milieu)Récupérer la laitance ou les oeufs, selon qu'il soit mâle ou femelle.Etendre les morceaux dans un récipient qui ne craint pas l'odeur, étaler les carottes,oignons,thym,laurier,recouvrir d'huile.Couvrir le récipient....( odeur ) et le mettre au frigo. attendre 3 ou 4 jours pour le déguster,carottes,oignons,tout sauf l'huile . d'où

                                            Résultat final

    Le jeté de harengs

     

    Bon appétit 

     

    Le jeté de harengs 

     

    Pour agrémenter le plat, déguster avec du beurre sur une tartine de pain, et n'oublions pas le petit verre de vin blanc sec, croc-odeur à portée de main pour les personnes délicates.

     

    Quand on aime faire cette recette qui date de ma mémé, on a le plaisir (!!!) d'avoir les mains empreintes de la bonne odeur du poisson toute la soirée, je n'ai encore pas trouvé de solution adecquate mais c'est tellement

    bon.

     

    Le hareng saur, poême de Charles Cros

     

           


    1 commentaire